Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.    

Troubles psychosociaux

Les troubles psychosociaux sont la conséquence la plus grave des troubles paniques et de la psychologie de l'anxiété en général. C'est une réalité beaucoup plus anxiogène qu'une attaque de panique. Ils peuvent durer toute la vie et sont plus résistants aux traitements que les symptômes du trouble panique. Les troubles psychosociaux n'ont pas la solidité et la transparence des symptômes somatiques. Ce n'est pas une altération soudaine du fonctionnement du corps du patient qui produit la surprise et la peur (telles que les palpitations ou les bouffées de chaleur). C'est une détérioration progressive et subtile qui prend du temps pour être détectée et qui affecte de nombreuses parties de la vie du patient (à la fois psychologique et sociale). Les critères de diagnostic modernes ne classent pas le phénomène des troubles psychosociaux dans une entité clinique séparée des troubles paniques. Le concept de troubles psychosociaux se réfère à une organisation multi-dimensionnelle de la vie psychologique douloureuse pour le patient et qui affecte son fonctionnement social de façon indésirable. En d'autres termes, ils peuvent être compris comme une incapacité persistante et répétitive à mener une vie selon les aspirations et capacités réelles de chacun. Ses manifestations peuvent prendre deux formes: diagnostic- troubles psychosociaux spécifiques et troubles psychosociaux généraux.

Diagnostic-troubles psychosociaux spécifiques

Dans les troubles psychosociaux spécifiques, les domaines de la vie psychologique et sociale du patient qui sont anxiogènes pour lui sont directement affectés par les troubles paniques. Par exemple, un patient diagnostiqué avec un trouble panique et une agoraphobie pourra ne pas être capable de mener ses activités quotidiennes en dehors des limites de la ville à l'intérieur desquelles le patient a une protection émotionnelle d'éventuelles attaques de panique. Ainsi, sa mobilité est progressivement réduite pour finalement être restreinte à un cadre local très limité en tant que conséquence directe des symptômes du diagnostic. Si les responsabilités professionnelles du patient se situent en dehors des limites du cercle de sécurité d'agoraphobie, lors de la phase active du trouble, il/elle peut se sentir obligé/e de changer de travail et accepter à regret un poste moins bien rémunéré afin d'éviter de se sentir émotionnellement vulnérable dans sa vie professionnelle. Ainsi, la vie professionnelle du patient a été affectée de façon négative et injuste non pas par rapport à ses capacités et désirs mais en tant que résultat de la nature du diagnostic du trouble panique. Cette forme de troubles psychosociaux est clairement liée aux caractéristiques cliniques du diagnostic et répond bien aux traitements ciblés des troubles paniques: lorsque le diagnostic est éliminé grâce à la thérapie, la mobilité du patient augmente doucement et revient éventuellement à la normale. Après une intervention thérapeutique réussie, tous les domaines de la vie sociale du patient auparavant en danger à cause du diagnostic, ne sont désormais plus exposés aux effets du trouble.

Diagnostic-troubles psychosociaux génériques

Dans les troubles psychosociaux génériques, la vie du patient souffrant de trouble panique peut également être altérée dans des domaines non directement affectés par les caractéristiques cliniques du trouble panique. Et l'expérience douloureuse vécue par le patient dans ces autres domaines joue un rôle décisif à la fois dans la capacité du patient à répondre à la thérapie des troubles paniques et sa capacité à se sentir bien après la fin du traitement. Par exemple, un patient peut avoir grandi dans une famille dans laquelle le comportement social des parents considérait que les expériences de la vie et les environnements sociaux novateurs sont dangereux et que la sécurité émotionnelle réelle ne peut être assurée que dans le cercle familial. Le patient qui a appris à penser et à voir la vie de cette façon a également appris à réagir par de l'anxiété presque automatique lorsqu'il est confronté à des expériences nouvelles, que ces expériences ou environnements soient réellement dangereux ou non. Progressivement, il/elle évitera instinctivement la nouveauté et se limitera dans un cercle triste de fonctionnement psychologique et social. Cette forme d'évitement et de trouble n'est pas directement lié au diagnostic clinique du trouble panique. C'est un trouble psychosocial générique affectant une zone bien plus grande de la vie du patient, informant de façon permanente la phase du trouble panique et augmentant insidieusement la possibilité de rechute si elle n'est pas abordée durant la thérapie. Mais même lors des périodes asymptomatiques de la vie du patient, il forme une base subtile, persistante et peut-être une douleur plus importante que les symptômes somatiques du trouble panique. Un traitement significatif des troubles paniques ne doit pas se concentrer uniquement sur les difficultés associées aux critères cliniques du diagnostic mais doit évaluer attentivement et positivement le fonctionnement psychosocial général du patient.

Theme Switcher